Rainer Maria Rilke – Respirer, invisible poème… 

La respiration est essentielle aujourd’hui dans notre vie pour notre pleine santé. Contre le stress, la sophrologie invite à mieux respirer pour détendre l’ensemble des muscles, masser et aérer nos organes pour un meilleur fonctionnement. Et lorsqu’on est à l’écoute de notre respiration, qu’on ressent le trajet de l’air dans tout notre corps et ses bienfaits alors peut-être pouvons-nous saisir la grandeur de l’élément Air (avec l’Eau, le Feu, Terre, Ether).

Ce poème de R. M. Rilke nous fait découvrir ce qu’il y a encore au-delà de la respiration profonde, un espace vaste qui nous contient. Serait-ce possible alors que nous ne contenions pas l’air mais que ce soit l’air qui nous contient ?

“Respirer, invisible poème.

Toujours autour de moi,

d’espace pur échange. Contrepoids

où rythmiquement m’accomplit mon haleine.

Unique vague dont je sois

la mer progressive ;

plus économe de toutes les mers possibles, —

gain d’espace.

Combien de ces lieux innombrables

étaient déjà en moi ? Maints vents

sont comme mon fils.

Me reconnais-tu, air, encore plein de lieux miens tantôt ?

Toi qui fus l’écorce lisse,

la courbe et la feuille de mes mots.”

Rainer Maria Rilke (1875-1926)Sonnets à Orphée (1922) – Traduit de l’allemand par Maurice Betz

La forme du poème est musicale, elle nous invite au voyage et à l’expansion de notre respiration. Je ne pouvais que partager cette beauté sur ce blog. Merci Reiner Maria Rilke.